Partagez|

There's something beautiful, Hiding in the shadows ~ Noah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 21
✘ Côté Coeur : Rien de bien intéressant à ce jour
✘ Atys : 1894
✘ Where I am : En réflexion
✘ Date d'inscription : 06/08/2015

A little more ?





MessageSujet: There's something beautiful, Hiding in the shadows ~ Noah. Sam 8 Aoû - 12:41

A. Noah Hollaister





« ✣ Alessandro Noah Hollaister »

Je suis un demi-dieu. ❤️

Ma vie, en bref.
✣ Allessandro, Noah
✣ Hollaister
✣ Aucun
✣ 20 Juillet 2011
✣ 22 ans
✣ Bisexuel
✣ Héphaïstos
✣ Grec
✣ La peur j'en fais ma force.
✣ Simple serveur dans un café
✣ à définir
✣ Ambroisie et Nectar
✣ Demi-Dieu
✣ Sergio Carvajal.













Passes ta souris sur l'image !

Tu veux en savoir plus sur moi ? ~ citation.
✣ Né le 20 Juillet 2008 à Oxford + J'ai 22 ans + Mon père est Héphaïstos + Ma mère est une héritière de renoms+ Celui qu'on pensait être mon père était un aristocrate + J'étais le plus jeune d'une fratrie de 5 + J'ai vécu un enfer pendant près de 16 ans + Tout le monde dans le contexte familial me savaient comme bâtard + La médiatisation de ma famille a fait de moi un garçon sous les feux des projecteurs tout en devant garder les secrets de famille pour moi+ Mon beau-père adorait se défouler sur moi et ma mère ne faisait rien pour l'en empêcher+ Mes sœurs et mon frère adoraient me persécuter, avec autorisation évidemment+ J'ai subi moquerie sur moquerie, violence sur violence + J'ai explosé une fois et là j'ai découvert que je pouvais jouer avec le feu + Incendiant ma demeure par la même occasion+ Personne n'était mort, mais ils savaient tous + Mon beau-père a tenté de me tuer + J'ai pris mes valises et je suis partie. + J'ai vécu pendant deux ans dans la ville de Brighton+ J'ai vécu mon premier amour avec une sorcière+ Je l'aimais, mais nos destins bien différents nous ont longtemps éloigné.+  J'ai découvert par la suite un nouveau monde en entrant à l'école Poudlard rejoignant des gens comme moi + J'ai eu quelque difficulté à m'intégrer + J'essayai de récupérer Olivia malgré toutes nos erreurs. + Je suis ouvertement Bisexuel + J'ai été confronté à mes pouvoirs lors d'une attaque violente du château. + J'ai dû fuir de nouveau alors que j'avais enfin trouvé ma place + J'ai vécu quelques années en solitaire, croisant d'anciens amis, des proches disparus. + L'exode vers une nouvelle terre, j'ai suivi, notre monde étant de plus en plus sombre et dangereux + Les attaques se sont suivies et beaucoup d'entre nous sont malheureusement morts aux portes de la cité antique de l'Atlantide, mon paradis comme je l'appelle. + J'ai participé à de nombreux aménagement de la ville, même si elle était déjà bien construite. + Je vis maintenant à Sunrise Baye, seul. + Je suis serveur dans un café du centre-ville. + J'essaye de reconstruire ma vie + Je fais toujours des cauchemars par rapport au douloureux passé que j'ai eu. + Je m'entraîne presque tous les jours au centre d'Entraînement Anaklusmos. + J'essaye d'avoir une maîtrise totale de mes pouvoirs. + Je suis quelqu'un d'extravertie + J'aime séduire + Parfois romantique+ J'aime la vie + J'aime me sentir aimer + Je suis quelque peu impulsif + Colérique même ce qui est dangereux connaissant mes pouvoirs. + J'aime que les choses soient biens faites + Je n'ai pas peur du contact + J'aime le rapport physique + Je suis très tactile + J'ai peur de peu de choses + Je suis bipolaire + Je fais souvent des crises de paniques sans savoir pourquoi. + Je sais ce que je veux.  .


Max /Jeager /CVDW.




Derrière l'écran. 
~ .
✣ Alors moi c'est Max, mais on peut aussi me retrouver sous le pseudo Jeager ou ChaseVanderwood (plus loin y a pas mdr) Je fais du rpg depuis 4 ans et on s'en fou, je suis un nul en orthographe sisi je vous jure. Je suis passionné  par pas mal de chose. J'aime lire ouai c'est vrai. Percy Jackson, Harry Potter, j'avoue j'ai jamais lu HOO. caché J'aime beaucoup les romans policiers et d'aventures. Arrow Racontes ta vie bonjour. Arrow Bref osef vous avez la suite autre part. mdr mdr


Dernière édition par A. Noah Hollaister le Mer 26 Aoû - 12:49, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Proud to be me.

Want to know who I am ?
✘ Messages : 21
✘ Côté Coeur : Rien de bien intéressant à ce jour
✘ Atys : 1894
✘ Where I am : En réflexion
✘ Date d'inscription : 06/08/2015

A little more ?





MessageSujet: Re: There's something beautiful, Hiding in the shadows ~ Noah. Sam 8 Aoû - 15:15



My Story




An angel born in Hell. ~ Just need of something good.


Douce chaleur d'été, la naissance d'un nouveau né après de longues heures d'attentes dans la maternité. Personne ne savait encore ce qu'il se tramait, une petite famille unie attendant de voir ce petit être pour la première fois. Un amour inconditionnel pour ce dernier, l'espoir qu'il n'est aucun problème, une santé de fer. Personne ne s'attendait en le voyant à voir un petit latino, du moins, le teint légèrement basané alors que les parents étaient aussi blancs que la neige, des cheveux roux pour la plupart, des yeux bleus intenses. Non il n'était pas l'un des leurs, il n'était pas un membre de cette famille à part entière. Le regard de feu d'un père qui savait que cet enfant n'était pas le sien, foudroyant son épouse, il aurait pu la tuer sur place, tant de mensonge, une terrible trahison et un petit garçon au milieu de tout cela. Venant de naître, ne sachant pas qu'il allait devoir vivre l'enfer pour survivre.

Mais il fallait faire bonne figure, les médiats attendant impatiemment la naissance de cette enfant, ce n'est pas tous les jours qu'un duc et une duchesse ont leur cinquième enfants, en Angleterre les familles comme celles-ci sont importantes, ont de l'importance pour le peuple et certain suivent les moindres faits et gestes de ses familles en liens avec la famille royale. Une petite dizaine de journaliste, rien de bien important, attendant le père pour faire une déclaration, attendant de voir la petite bouille. Un faux sourire sur le visage, effaçant extérieurement une colère sans faille. Il a menti, comme il le pouvait, il était soit disant heureux, alors qu'il n'avait qu'une envie, l'abandonner à son sort et repartir avec les siens. Mensonges, hypocrisies, trahisons, doux mots qui ne cessent de prendre de l'importance au fil des années s'écoulant doucement.

Des premières années de vies difficiles, sans la moindre attention, la moindre touche d'affection gérée par une nourrice Alessandro ne voyait que peu ses parents et quand c'était le cas, il avait l'impression de tout faire de travers, il ne savait rien, personne n'a jamais su qu'il était un bâtard. Il essayait de jouer avec ses frères et sœurs, mais le rejet était toujours présent, ils ne voulaient pas de lui, ils voulaient qu'il parte, sans jamais revenir. Ne cessant de le charrier sur sa couleur de peau un peu plus foncée et son physique bien différent des leurs. N'hésitant pas à la cogner quand ils voyaient qu'il se rapprochait trop de leur chambre ou tout simplement parce que ce n'était qu'un jeu. Les souvenirs douloureux d'un père qui ne cesse de lever la main sur lui quand il est en colère, son souffre douleur ou plutôt son défouloir. Se souvenant des multiples bleus sur son petit corps d'enfants, cinq ans à peine et déjà meurtris par de nombreuses blessures internes et externes. Avec la médiatisation de sa famille, il se devait de faire semblant, au moindre écart, il avait le droit à une punition des plus sévères, se rappelant encore ses douloureuses traces qu'une ceinture en cuir lui avait. Deux longs mois sans qu'elle ne s'efface.

En grandissant, il était de plus en plus à bout, n'arrivant plus vraiment à faire face aux autres. N'arrivant guère à trouver sa place dans sa famille, la supportant de moins en moins. Ils étaient des monstres et les seuls bons moments de son enfance sont ses jours de classes interminables avec ses camarades et ses professeurs. Il n'en pouvait plus, il craquait pratiquement tous les soirs, se demandant réellement ce qu'il faisait encore dans ce monde qui ne voulait plus de lui. Il pleurait, oui il craquait sans pouvoir s'arrêter, vivant durant près de seize ans un cauchemar, chaque jour, chaque nuit, dans la peur et dans l'angoisse de recevoir un autre coup. Mais se forgeant ainsi un caractère bien plus sérieux et sévère, plus fort, prenant de plus en plus d'assurance. L'adolescence le changea, il n'était plus le même. Il sentait que quelque chose le gênait ou du moins lui faisait faire des choses bien étrange. Il voyait et entendait des choses qu'il ne devrait pas voir et entendre. Il arrivait à lire les lettres grecques sans les avoir apprise. Il était toujours à bouger dans tous les sens, courir, nager, des sports à l'appel qui ne le calmaient pas vraiment. Il était en plein ébullition. Et il craqua complètement. Un soir de Mars, alors qu'ils étaient tous à table, une énième plainte, une énième réplique acerbe, un énième coup de pied sous la table. Une gifle de perdue, il péta littéralement les plombs, le vase venait de se briser, la colère et la rage emmagasinait était ressorti d'un seul coup.

''ASSEZ'' avait-il hurlé, commençant son discours sur la haine qu'il leur portait, devenant de plus en plus chaud, venant même à s'enflammer complètement. Le feu a pris possession de ses mains de lui-même, à chaque mot prononçait, la chaleur s'intensifiant et le regard de braise perçant chacun des membres de sa famille, choqué parce qu'ils voyaient. Un monstre, un monstre, puis l'explosion, celle qui incendia le château dans lequel ils avaient toujours vécu. Ils savaient maintenant qu'il n'était pas normal, ils savaient qu'il allait un jour pouvoir les tuer. C'est à ce moment-là que le père de famille avait décidé de passer à l'attaque en tentant de l'assassiner dans son sommeil, il n'avait que 16 ans. Une tentative veine, qui se solda par un échec et la décision de ne plus jamais revenir. De prendre ses propres décisions. D'en finir avec eux, leur souhaitant de pourrir en enfer, sans réellement savoir qu'il avait en quelque sorte un lien de parenté avec son maître.

Une nouvelle vie commençait pour lui, pleine de mystère et d'inconnus. Il décida d'employer son second prénom effaçant toute traces avec ceux qui avait été sa famille Alessandro devint Noah. Changeant par la même occasion son nom de famille. Les Allistaire, devinrent les Hollaister. Il ne se retourna pas, il savait ce qu'il faisait, sans aucun doute, c'était la meilleure des décisions qu'il n'avait jamais prises. Il allait essayer par la même occasion de comprendre qui il était, ce qu'il était et pourquoi avait-il cet étrange pouvoir en lui.

S'installant dans la ville côtière de Brighton, il a commencé par mentir sur son âge, dix-huit années, de faux papiers qu'il avait réussi à avoir par un ami de son ancien bahut. L'argent ? Il l'avait tout simplement récolté chez sa famille avant de les quitter. Vivant seul dans un appartement au-dessus du café où il bossait en tant que serveur. Des premiers jours catastrophiques, mais une envie d'apprendre sans faille, progressant de jour en jour en tant que petit serveur. Il était assez content de sa nouvelle vie. Profitant de la nuit pour étudier son pouvoir dans une des forêts entourant la ville, évitant les regards suspects. S'entraînant à les refaire apparaître. Jamais il n'a réussi à redonner vie à l'explosion qui avait causé la fin de sa demeure précédente. Mais de douces flammes apparaissaient dans sa paume de mains quand il se concentrait suffisamment.

Les jours passaient, se faisant de plus en plus à sa nouvelle vie, sa vie sociale florissante. Il rencontra une jolie blonde, le teint pâle, mais d'une beauté qui le faisait rougir quelque peu. Mettant par moment le feu à deux trois serviettes quand elle pénétrait le café, pratiquement chaque matin. Elle lui faisait de l'effet, il n'y avait aucun doute, mais il était compliqué d'aller lui parler, un peu timide à la base le garçon. Et après de nombreuses serviettes décédés, il se décida enfin de lui adresser la parole, ce qui provoqua la chute du plateau sur elle. C'est comme ça que leur relation a commencé, aussi maladroitement que possible. Un premier rendez-vous, puis un second, ne cessant de s'enchaîner. Elle était son premier amour, un amour qui se voulait sans faille. Ils étaient proches, fusionnelles, ils s'aimaient évidemment. Sans connaître les secrets que chacun se cachaient.

Le premier baisé, les premiers câlins, les premières caresses, la première fois, il pensait que cet amour pour la jeune Olivia était éternel. Pourtant, l'éternité ne dure qu'un temps et rapidement il s'est effrité, après deux ans et un emménagement ensemble. Les deux tourtereaux ont dû se révéler de douloureux secrets doubles identités, pouvoirs surnaturelles, sorcières, bref, un joyeux bordel qui a mis fin à leur histoire. Le faiseur de feu et la jolie Serpentard n'étaient plus un couple.

Pendant quelques jours Noah était perdu, il ne savait pas réellement quoi faire, entre ses sentiments encore assez forts pour la jeune femme et sa déception à son égard, il était perdu. Errant dans la forêt pour se concentrer. Il ne s'attendait pas vraiment à tomber sur un ogre, oui un ogre, énorme faisant plus peur qu'autre chose, son gourdin à la main. Il pensait d'abord cauchemardé, mais quand il fut projeté pour une première fois vers un arbre, il n'a plus eu aucun doute sur la réalité des faits. Courir pour échapper à la mort, c'est exactement ce qu'il faisait avant d'être happé sous un rocher qui semblait creux. Un visage masculin est apparu le doigt sur la bouche, lui faisant signe de se taire. Les pas lourds traversèrent la forêt, comme un séisme à chaque retombée d'un pied.

Un moment sans bruit, seul le souffle de chacun se faisait entendre, ''Tout va bien pour toi'' demanda cet inconnu qui venait de lui sauver clairement la vie. Un peu chamboulé parce qu'il venait de voir, il lui a répondu avec un ton quelque peu décontenancé. ''Euh on va dire ça comme ça oui.'' il lui tapa sur l'épaule comme s'il se connaissait depuis longtemps. ''Bon je crois qu'un long voyage nous attend euh... Comment t'appelles-tu ?'' une conversation commença à s'installer avec un prénommé Cameron, de longs jours de marches les attendaient, des explications sur le pourquoi du comment il pouvait voir ça et surtout pourquoi il possédait des pouvoirs. Une nouvelle page se tournait et partant dans une direction opposée, il abandonna de nouveau, cette vie qu'il s'était créé.

A little part of darkness in my soul. ~ Help me before my fall.


''Cours Noah ! Cours'' la voix de Cameron résonnant dans la forêt le suppliant de magner son cul, pourchassés par des monstres qui en avaient après eux. Dix-huit mois, c'était le temps qui s'était écoulé entre leur rencontre et l'arrivée dans la forêt interdite espérant retrouver l'école de Magie, une école qui apparemment se devait d'être sûr pour tous. Durant dix-huit longs mois ils avaient marché et affronté de nombreuses épreuves. Noah se demandait encore pourquoi il avait suivi cet inconnu, certes il lui avait sauvé, mais ses histoires étaient tellement étrange qu'il aurait pu le prendre pour un fou. Le seul avantage d'être parti avec lui au début fut qu'il a appris à tenter d'utiliser ses pouvoirs. Apprenant par la même occasion qu'il était le fils d'une divinité Grec, comme quoi sa vie prenait un tournant assez agréable se dire qu'on est le fils d'un dieu, qui n'en a pas rêvé ?

Il avait vite déchanté. Être le fils d'un dieu, ça voulait aussi dire être la cible de tous les monstres qui peuplaient cette planète et de ce qu'on lui avait dit, il y en avait un nombre assez important, l'ogre n'étant en soi qu'un amuse bouche. Ce qui l'avait vite rendu quelque peu inquiet pendant quelque temps se demandant s'il était prêt à affronter ce nouveau monde s'offrant à lui. Oubliant par la même occasion Olivia, du moins n'y pensant que peu souvent, se concentrant sur sa sécurité, sa survie et sur Cameron. Qui était en soi une sorte d'ange gardien. Fils d', il avait eu de la chance de tomber sur lui, il n'aurait jamais vraiment su toutes ses choses ou du moins pas de la même façon, puis il lui était assez chaleureux, attachant et surtout bienveillant. Le fils d'Héphaïstos était donc entre de bonnes mains, dans tous les sens du terme. À force de passer du temps ensemble, à échapper à la mort, les liens se ressert, un peu trop parfois. En tout cas c'est ce que Noah avait rapidement appris.

Les jours se sont succédé, les nuits étaient de plus en plus courtes, les hôtels miteux et les nuits en pleins airs ne facilitant pas réellement le sommeil. Puis parler, encore et encore, de tout et de rien, une atmosphère toujours tendue par la peur de se faire surprendre par une bête. Puis il y a eu ses sentiments qui ont commencé à naître. Après Olivia il s'était dit que jamais il ne pourrait aimer de nouveau quelqu'un, certes c'était bien trop dramatique à ce moment-là, mais aussi vite, il se surprenait lui-même. Mais il n'y pouvait rien, toutes ces petites attentions, ce lien depuis le jour où ils se sont trouvés. Clairement Noah ne s'attendait pas à ça, juste un accompagnement banal vers un lieu où il était censé être en sécurité se transformant en un show d'action à passage romantique à souhait qui ne valait pas un clou, il se faisait réellement pitié à baver sur un type qui ne voyait sûrement rien d'autre qu'une mission en lui. Il s'était tordu l'esprit pendant de longues nuits, réfléchissant à ce qu'il ressentait vraiment, tout en évitant de s'enflammer, littéralement, il en aurait été capable, tant il était impossible pour lui de contrôler son pouvoir et ses émotions. Un réel bordel sous ses cheveux bruns. Ne cessant de devenir de plus en plus agressif avec Cameron, lunatique, violent, il était en train d'exploser intérieurement, la coupe était pleine, sans savoir si c'est parce qu'il n'assumait pas ses sentiments ou s'ils étaient en train de faire ressurgir une rage datant de sa naissance. L'emprise de son esprit lunatique et bipolaire ne cessait d'accroître sur lui, il était en train de craquer complètement, à en devenir fou, complètement fou.

Jusqu'au jour où il décida de laisser aller ses émotions, une violente altercation avec Cameron en pleine campagne anglaise, il ne voulait pas le blesser, lui faire du mal, il ne voulait pas l'insulter, s'en prendre à lui, mais ça avait été plus fort que lui. Il avait énormément de rages, emmagasiné depuis des années s'accumulant à la peine et les sentiments amoureux, c'était limite Hiroshima quand il explosa. Ses mains prenant feux, c'est finalement en torche qu'il se changea, brûlant au passage ses vêtements et la zone sur une trentaine de mètres, comme quoi faire ressortir cela en plein centre-ville n'aurait sûrement pas été la meilleure des idées. Il avait déjà fait assez de dégâts comme ça. Crier, hurler, respirer, c'était ça qui lui avait fait du bien, évacuer, exploser, briller et s'éteindre. Durant un instant il se sentait de nouveau vivre sans être entravé par une enfilade de sentiments tous aussi grotesque les uns que les autres. Des flashs d'images des moments de sa vie alimentant par la même occasion les flammes bien imposantes. Ses parents, les coups, les crasses, le départ, l'incendie, Olivia, le café, la forêt, l'ogre, Cameron, défilant à toutes allures sans pouvoir s'arrêter sur une plus précise. S'écroulant sur le sol épuisé parce qu'il venait de faire. Se sentant complètement vidé, se recroquevillant sur lui-même. On pouvait apercevoir sur ses joues des larmes coulants lentement, trop d'émotions en une fois, trop de souvenirs, il avait été brisé pendant longtemps, il venait de tout relâcher, il était soulagé, libéré de ses chaînes et ses boulets qu'il traînait depuis des années, sans avoir jamais eu le courage de tout envoyer valser. Une main se posant sur son épaule, le prenant dans ses bras, essayant de le rassurer du mieux qu'il pouvait, la peur ne se lisait pas dans ses yeux, le jeune homme n'avait pas peur de Noah, bien au contraire.

Les jours qui ont suivi ce pétage de plomb monumental ont été plus paisible, tout ce qu'il se sentait plus léger, libre avec l'espoir de pouvoir voir le bout du tunnel au final. Des conversations plus détendues, un rapprochement qui se voulait parfois un plus qu'amicale, sans vraiment savoir ce qu'ils voulaient, c'était le jeu du chat et de la souris, sans jamais pouvoir mettre un nom sur cette relation plus qu'ambiguë qu'ils avaient. Aucun monstre durant près de deux semaines, Cameron le rassurait en lui disant qu'ils n'étaient pas très loin. À peine deux mois pour atteindre l'écosse, en s'arrêtant assez fréquemment, évitant les zones peuplés et prenant le temps de s'entraîner ou de raconter des histoires sur la vie de la colonie, le camp Jupiter, les dieux, lui apprenant pas mal de choses sur ce monde mythologique qui lui était totalement inconnu. La sorcellerie venant se rajouter à ces explications. Mais ce qu'il faut savoir dans ce monde, c'est que la paix ne règne pas et encore une fois, ils allaient en faire les frais. Douce alchimie dans les bois, se marrant sur la dernière publicité britannique vue sur un bus alors qu'ils étaient à Edimbourg. Ils n'étaient points sur leurs gardes quand on les attaqua, des hommes vêtus de violet et encapuchonnés, à l'allure guerrière et sorcière à la fois, des monstres au combat, ils avaient lutté tant bien que mal contre ces adversaires sortant de nulle part, mais que Cameron semblait bien connaître. Ils avaient été vaincus si facilement, si rapidement, ils ne les tuèrent pas non, le sort qu'ils allaient avoir été bien pire. Assommé par un coup du manche de l'épée dans la nuque, Noah ne se réveilla que dans une prison poisseuse, seul, sans armes, ni âmes qui vivent. Il a d'abord commencé à crier, cherchant de l'aide, cherchant à comprendre ce qu'il faisait ici et pourquoi on l'avait enfermé. Aucun mot, aucun bruit, un silence de mort n'annonçant rien de bons. Le faiseur de feu essaya tant bien que mal d'ouvrir la porte, tirant la poignée ou escaladant les parois de ce qui semblait être une cellule. Deux jours, deux longs jours sans rien savoir et se demander ce qu'il se passait et combien de temps il allait rester ici.

On est venu le chercher, des hommes grands, beaucoup plus grand que lui, le visage fade et blanc sans aucune expression, comme des robots. Ils l'ont pris de force et malgré ses efforts pour les faire lâcher, il n'a eu d'autre choix que de suivre. Du sang sur le sol, des cris se faisaient entendre dans la pénombre, tel un film d'horreur sur un asile psychiatrique en proie à des démons venus de l'au-de-là. Il observait autour de lui, il observait ce qu'il se passait, impuissant, qui étaient tous ces gens enfermés, le visage si jeune et si innocent pourquoi ? Il n'a eu guère le temps de réfléchir à plus de choses que Cameron a fait son apparition, traîné par deux autres balèze dans la direction opposée, il était abîmé, des blessures de partout, le sang coulant de nombreuses plaies, les vêtements déchirés et la douleur qu'il semblait ressentir, dans une léthargie qui semblait homérique. Il tenta de l'appeler, de se défaire, le voir comme ça le briser encore plus qu'il ne l'était déjà. On l'a ensuite couché sur une table, une table froide et glaciale, prenant soin de défaire ses vêtements. Il paniquait, il avait peur, que lui faisait-il ? Il aurait préféré ne jamais se poser cette question.

La douleur qu'il avait ressentie avant ce jour n'était rien, il hurlait, criait, par les blessures et les plaies se formant sur son corps, que lui faisait-il ? Pourquoi le massacrer de cette façon ? Les questions, il n'avait guère le temps de se les poser, chaque jour, cela devenait une routine, une nouvelle plaie, une nouvelle torture, chaque jour devenant pire, il se sentait lasse et épuisé, se demandant si en finir ne serait pas mieux. Chaque jour, retrouvant une cage vide, signant ainsi la mort de ce qui semblait être ses confrères, il n'en savait rien, aucun mot, la parole était devenue un luxe. Il n'en pouvait plus et se demandait souvent comment Cameron vivait cela, sa peine en y pensant à chaque fois le détruisait. Les sanglots de se demandant pourquoi avait-il fallu qu'il ait une vie aussi merdique, pourquoi avait-il fallu qu'il naisse ? Pour vivre une vie aussi pitoyable ? Etait-ce vraiment le but ? Des jours, des mois sans un mot, sans rien...

Puis il y a eu ce jour assez effroyable, ce jour où la douleur avait été si insoutenable qu'il avait disjoncté, s'envolant dans une folie qu'il ne se connaissait lui-même pas, une folie assassine, meurtrière, personne n'aurait jamais pu s'imaginer que le gosse qu'il était, aurait pu faire une chose pareille. Imploser, un visage sombre, une violence extrême, ils l'avaient détruit, ils en avaient fait un monstre, du moins une partie de lui l'était. Ils l'avaient peut-être mérité après tout. Les flammes se déchaînant, les murs ont commencé à s'effondrer à la première explosion. Peu violente, mais assez puissante pour les faire s'ébranler. Il tua sans raison, par simple envie de vengeance et de rage, brûlant, même ceux qui fuyaient, ceux qui n'avaient rien demandé, du moins qui n'était coupable que d'un regard. Il était revenu à lui, laissant ce visage bien plus satanique derrière lui.

Il est allé chercher Cameron, criant son nom avec le peu de force qu'il possédait encore et remarquant par la même occasion que les cages autrefois pleines étaient maintenant vide de monde, la mort avait frappé et il espérait qu'elle n'avait pas emporté son compagnon. Tout s'effondrait, les murs ne tenaient plus, la sortie ou Cameron, avec un peu de chance les deux. Le trouvant mal en point une cellule assez proche de celle qu'il occupait. Il essaya de le porter tant bien que mal, il fallait qu'ils sortent, il le fallait.

La lumière au bout du tunnel, un petit effort pour l'attendre, en réchappant de peu à l'effondrement complet de ce qui semblait être le sous-sol d'un ancien château. Sur le sol épuisé par les efforts qu'ils venaient de faire, le souffle court et le soulagement de revoir la lumière du jour après plus d'un an d'enfermement. Il savait tout deux que les choses avaient changé, ils avaient changé et que les jours avenir détermineront si l'un pour l'autre ils seront des piliers ou des souvenirs bien trop douloureux. Surmonter une nouvelle épreuve et tenter de soigner les plaies que tous les deux avaient, autant physique que psychologique, le travail était d'une ampleur importante. Mais le temps les réparera, il fallait espérer, il n'y avait plus que cela maintenant. L'espoir, l'espoir de voir enfin ce château tant attendu.

''Cours Noah ! Cours'' un énième monstre était venu à leur rencontre, quelques mois après la sortie des ténèbres et leur rétablissement partiel, ils étaient plus proches que jamais, vivant à l'unissons. La forêt interdite, c'était leur lieu actuel, courant pour échapper à cette chose qui les pourchassait. Ils ont d'ailleurs réussi à la semer rapidement, le coup du rocher creux marche à chaque fois. Ils étaient sur le point de dépasser la lisière de la forêt ''On y est Noah, on arrive enfin au chat...e..a..u.'' il s'arrêta net. Ne prononçant plus un mot. Arrêter, pas un geste, Noah arriva à lui et ce qu'il a vu, ce n'était que des ruines, des tours effondrés sur elle-même, le lac rongeant une partie de la structure détruite. Une petite cabane brûlée sur le côté, il n'y avait rien, plus rien. ''C'est pas possible non, non, non. '' le dernier espoir de Cameron s'envola en fumée. Noah n'a jamais su ce qu'il se cachait autrefois dans cette école et ne le saura jamais. Il a pris son camarade dans ses bras et tenta de consoler cette peine qu'il laissait sortir, en une seule fois il avait tout perdu. Noah savait trop bien ce que cela faisait, il n'avait d'autre choix que de le soutenir comme lui l'avait fais auparavant. Case départ, remise à zéro, il fallait maintenant trouver une solution, savoir ce qu'ils allaient bien pouvoir faire.
The light i waiting during all my life. ~ Begin a new life.


Ex turba vero imae sortis et paupertinae in tabernis aliqui pernoctant vinariis, non nulli velariis umbraculorum theatralium latent, quae Campanam imitatus lasciviam Catulus in aedilitate sua suspendit omnium primus; aut pugnaciter aleis certant turpi sono fragosis naribus introrsum reducto spiritu concrepantes; aut quod est studiorum omnium maximum ab ortu lucis ad vesperam sole fatiscunt vel pluviis, per minutias aurigarum equorumque praecipua vel delicta scrutantes. Paphius quin etiam et Cornelius senatores, ambo venenorum artibus pravis se polluisse confessi, eodem pronuntiante Maximino sunt interfecti. pari sorte etiam procurator monetae extinctus est. Sericum enim et Asbolium supra dictos, quoniam cum hortaretur passim nominare, quos vellent, adiecta religione firmarat, nullum igni vel ferro se puniri iussurum, plumbi validis ictibus interemit. et post hoe flammis Campensem aruspicem dedit, in negotio eius nullo sacramento constrictus. Excitavit hic ardor milites per municipia plurima, quae isdem conterminant, dispositos et castella, sed quisque serpentes latius pro viribus repellere moliens, nunc globis confertos, aliquotiens et dispersos multitudine superabatur ingenti, quae nata et educata inter editos recurvosque ambitus montium eos ut loca plana persultat et mollia, missilibus obvios eminus lacessens et ululatu truci perterrens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

There's something beautiful, Hiding in the shadows ~ Noah.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» 01. life is beautiful ? …Maybe ! Pv. Finn
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ❀
» beautiful dream
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]
» you make beautiful dream. ~ mike

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Anaklusmos :: Archives :: Memories-